Les nuits de Reykjavik

"Les nuits de Reykjavik" de Arnaldur Indridason, Éditions Métaillé

Kringglumyri, Miklabraut, Hvassaleiti, Kringlumyrarbraut…Dès la 2e page tu te demandes où tu vas avec ces mots que tu n’as même pas envie de lire jusqu’au bout. Bon ça passe. Et j’ai enfin découvert le fameux enquêteur Erlendur.

Quand il ne sillonne pas, la nuit, les rues de Reykjavik, à la poursuite des chauffards ou au secours des accidentés, le policier Erlendur cherche à comprendre comment et pourquoi est mort le « clochard » Hannibal retrouvé noyé dans une tourbière. Erlendur s’intéresse aussi aux disparitions, en particulier à celle d’une jeune femme, volatilisée une nuit après avoir fait la fête avec des amis dans un bar. Alors qu’il n’est que « policier de proximité », il procède en vrai enquêteur : il interroge les voisins, les familiers, remonte des pistes, se perd dans des impasses.

Tout cela est bien raconté, mais sans éclat ; le portrait du policier/enquêteur est un peu pâle et les nuits de Rekjavik sont très froides.