Ève sous la neige

"Ève sous la neige. Tôkyô, 1947" de Ishikawa Jun/ 石川 淳, traduit du japonais et présenté par Vincent Portier, Les Belles Lettres

En 1946-1947, à Tôkyô, détruite par les bombes et les incendies, il faut vivre sans maison, sans travail. Il faut aussi apprendre les nouveaux « codes » dictés par l’occupant pour réformer la famille, la religion, les institutions et apprendre à ce peuple ce qu’est le bien et le mal. Les récits énigmatiques de Ishikawa Jun, écrits sur le vif, sont passionnants. L’édition est parfaite, et très utile la postface du traducteur.

« Il faut avoir vécu au Japon pour bien comprendre sur quel vide moral ce pays était bâti. Un shintoïsme concervant en plein XXe sciècle l’animisme des primitifs ; un confucianisme qui donnait aux relations humaines une hypocrite apparence d’ordre cachant mal la sécheresse des sentiments du cœur ; un boudhisme aux aspirations nihilistes… : voilà les pauvretés dont vivait l’âme japonaise. » Robert Guillain, Le Monde 2 juillet 1946, cité dans la postface.

Un commentaire sur “Ève sous la neige

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s